Rosemary Beach : De tout mon corps

Trahie par celui qu’elle croyait être l’homme de sa vie, Blaire quitte la Floride pour retourner en Alabama, son unique refuge. Mais un événement bouleverse bientôt ses plans, et la jeune femme retourne momentanément à Rosemary Beach. Une collocation avec sa meilleure amie Bethy et un travail stable sur place lui permettront peut-être de reprendre pied, quoique la présence de Rush la trouble profondément. Si ses sentiments envers lui restent inchangés, sa confiance a été terriblement ébranlée ; quant à son désir pour lui, il couve toujours sous la glace… Et si la passion dévorante qu’ils éprouvent l’un pour l’autre parvenait à effacer les erreurs du passé ?

Bon euh, est-ce que je commence tout de suite par les choses qui fâchent ?

Je me suis donc précipitée sur ce tome 2 au vu de comment s’était terminé le tome 1, avide de connaître la suite de l’histoire entre Rush et Blaire, et là… Douche froide ABSOLUE dès le premier chapitre.

On en parle ?

Le coup de la grossesse non désirée. OH MON DIEU ! Le gros truc classique des romances (et on l’avait vu venir avec ces « non ne mets pas de préservatif c’pas grave » du tome 1). Et tout ce qui en découle n’est qu’une immense déception. Les choix de Blaire : déception. Le traitement de la grossesse : Déception. A la limite, si Rush reste fidèle à lui-même et on a même droit à son point de vue : il essaie de faire bien les choses, mais.. mais…

Mais parlons de Blaire quoi.

Elle est enceinte. Donc, déjà, elle ne va voir personne pour demander de l’aide ou envisager ses choix (oui d’accord c’est américain, l’hymne à la vie blabla, mais franchement au vu de la situation : je suis seule, sans maison, sans famille, sans boulot, j’ai 19 ans, mais je décide de garder mon bébé sans en parler au père, c’est responsable comme attitude ?). Donc, je viens de le dire, elle décide de ne pas en parler au père, pourquoi ? Parce que c’est elle qui a insisté pour ne pas mettre de préservatif à ce moment-là donc pour elle, c’est elle la seule responsable de cette grossesse ! Non, mais oh ! On vit dans quel siècle ? Heureusement que Bethy a les pieds sur terre pour lui dire que dans tous les cas, il faut être deux pour avoir un gamin, mais j’avais envie de baffer Blaire. Si elle voulait être responsable un maximum pour son bébé, lui offrir tout ce qu’elle pouvait : mais bon dieu, va voir le père qu’il assume au minimum financièrement si ce n’est pas un salaud fini, il a du FRIC à ne plus quoi en faire ! Mais non, ça y est, Blaire tombe dans la sacro-sainte-nitouche-nunuche qui ne veut demander rien à personne (c’est pour une autre personne que toi ma grande) mais qui se met en DANGER aussi à cause de ses soi-disant principes. Quand on a un bébé, on peut laisser une chance au père de faire partir de sa vie et montrer que quitte à être un mauvais amoureux, il peut au moins être un bon père ? L’un ne compromet pas l’autre (et inversement hein). Donne une p****n de chance à Rush d’assumer ses actes quoi !

Bref, d’une Blaire déterminée qui se prend en main comme une grande, j’ai eu tout l’inverse : la martyre qui fait face seule à sa misère alors qu’il y en a plein qui lui tendent la main dans tous les cas (Cain, Bethy, Woods, même Rush). Bref, c’est un facepalm innommable et une grande déception.

Et puis l’autre grande déception, c’est le traitement de la grossesse… Alors là, si on n’a pas le droit à tous les clichés…. Elle est malade (okay d’accord les nausées du 1er trimestre c’est cliché mais c’est souvent le cas) et là d’une semaine à l’autre, alors que si on calcule, elle n’est pas dans le second trimestre encore, elle devient une nymphomane mais que de son homme, youhouhou.. Avec les bonnets qui doublent et qui triplent en trois jours…

Le phénomène existe, mais ce n’est pas magique, et ce n’est pas tout de suite quand ça t’arrange XD. Ca ne se passe pas durant les trois premiers mois, et surtout bon dieu : tu es crevée ! Tu dors tout le temps ! D’accord c’est une romance tout ça, mais là, j’avais le pire cliché qui soit dans tous les films américains…. Et puis, je n’ai pas l’impression que Blaire réalise quoi que ce soit. Elle est en train de fabriquer un être vivant, mais à voir comment elle veut travailler sans manger, tout ça, elle ne l’aurait pas gardé (surtout au vu du stress engendrer). Bref, j’ai trouvé que pour le coup, on ne gardait que le côté « romantique » de la grossesse, sans parler des réels enjeux. Après tout, sa mère vient de mourir, et elle, elle est prête à l’être ? (enfin bien sûr, c’est Blaire-parfaite elle ne s’interroge même pas), et elle ne se pose même pas la question de ce qu’en pense Rush, et lui il veut être père ? Parce que vous pensez réellement que dans la vraie vie, deux ados qui ont un bébé ensemble au bout de 3 semaines de couple (et encore) , ça va tenir ? (oui bon Rush a 24 ans). Non non, je ne suis pas d’accord sur ce traitement un peu irresponsable de la grossesse…  On peut construire une belle romance sans « oups on a fait un bébé au bout du 2e rapport , il faut absolument qu’on se marie ». Et le bébé accident, on peut le faire plus tard aussi non ? Enfin, ce n’est pas Anodin de mettre en route un petit être. Je ne sais pas, au moins laisser d’abord les personnages s’exprimer sur leur désir d’être parent avant non ? Et à 19 ans, je pense que Blaire aurait pu explorer d’autres choses que de reprendre son rôle de « maman de tout le monde » (sa mère malade, Rush, son futur bébé, tous les chiens galeux qu’elle ramène). Non quoi, stop. Elle ne s’est pas encore accompli comme femme (vu qu’elle venait de découvrir une sexualité) et pof, coupons-la dans son élan.

Vraiment, une grande déception pour ce tome. Je continue malgré tout, mais ça m’a fait tiquer… Espérons que les autres personnages auront droit à un meilleur traitement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What City Do You See?